Du gramophone aux plateformes numériques : l’évolution de la musique dans l’histoire

Les temps ont changé et la façon d’écouter et d’acheter de la musique aussi. Dès les premiers instants, quel a été le chemin parcouru par cette forme de marché jusqu’à aujourd’hui ?

Au début, c’était le son. Depuis des temps lointains, la façon d’écouter de la musique n’existait qu’avec la présence de l’émetteur et du récepteur, en l’occurrence, le musicien et son auditeur. A la fin du 19ème siècle, plusieurs inventions ont été développées afin de capturer et d’enregistrer de la musique pour l’écouter plus tard.

En 1877, Thomas Edison lui-même, l’inventeur de la lampe, breveta le phonographe. En 1880, Emil Berliner fait breveter le gramophone. Et à partir de là, on peut dire que la concurrence a commencé sur le marché de la production et de la vente de musique.

Enregistrer et reproduire partout : les maisons de disques et les lecteurs.

La différence entre les deux inventeurs est que le Berlinois allemand a inventé quelque chose qui allait devenir un tourne-disque, tandis que Thomas utilisait des cylindres recouverts de cire spéciale. Après la définition du format, plusieurs sociétés ont été créées pour la fabrication et la vente de disques, à travers l’enregistrement et la vente de longs métrages.

En 1949, le nouveau boom du marché aux Etats-Unis a eu lieu. En 1950, le tourne-disque stéréo a été développé. En 1963, l’usine néerlandaise Philips présente la bande cassette, un format qui permet l’enregistrement à domicile et la production de copies à grande échelle.

À la fin des années 1970, le Walkman est né. Puis le CD rom est arrivé avec tout et s’est imposé comme support transportable en 1984. En 1985, peu après, le Discman, également portable, compagnon de voyages, de courses et de promenades.

Peu avant le début des années 1990, le MP3 ou initialement MPeg 1 Layer est arrivé, ce qui a de nouveau stimulé le boom de l’enregistrement et de la distribution de musique sans le contrôle des maisons de disques.

En 2001, Apple a fabriqué et vendu l’iPod, un autre ordinateur portable, qui est devenu célèbre pour sa capacité à stocker des milliers de chansons à écouter partout dans le monde. L’industrie de la musique, ses maisons de disques, et les musiciens en particulier, ont dû s’adapter à ce changement de comportement croissant.