LES ENFANTS ONT LE DROIT DE JOUER ET D’AVOIR DU TEMPS LIBRE

Parmi les droits fondamentaux des enfants figurent le droit de jouer et le droit aux loisirs, deux droits qui sont aujourd’hui très menacés.

Le droit de jouer, par exemple, n’est pas la même chose qu’un “droit aux jouets” : ce sont des accessoires qui n’ont rien à voir avec le jeu lui-même. Le droit de jouer signifie avoir le temps de jouer, un espace adéquat pour le faire et la possibilité de rencontrer des amis et des pairs qui, pour l’occasion, se transformeront en camarades de jeu. Combien d’entre nous, honnêtement, sont capables de garantir ce droit à leurs enfants ? Combien d’entre nous se battent pour faire ça ? Le droit de jouer, surtout dans les grandes villes, risque de devenir utopique.

Même le droit au temps libre ne navigue pas dans des eaux calmes : nous assistons à un phénomène de planification de l’enfance, dans lequel le temps extrascolaire devient un slalom entre sport, art et cours de langue.

COACHING CRÉATIF : DÉCOUVRIR LES JEUX D’ANTAN
Pour promouvoir l’importance de ces deux droits fondamentaux de l’enfance, nous pouvons essayer avec un exercice qui nous permet d’acquérir une conscience des jeux et du temps du jeu. Nous le proposons comme une activité à réaliser en classe, mais elle serait tout aussi efficace si elle était réalisée dans un groupe d’animation ou avec un petit groupe d’enfants. Nous demandons aux enfants de dresser une liste de jeux gratuits, c’est-à-dire des jeux auxquels ils pourraient jouer seuls, sans la présence d’un adulte ou d’un animateur. Pour chaque jeu, nous vous demanderons d’identifier l’espace nécessaire pour y jouer et la durée du jeu.
Après avoir dressé la liste, nous demanderons aux enfants d’essayer chaque jeu et de rédiger une brève critique. Cette étape vous demandera d’identifier les temps pour chaque partie. Certains d’entre eux peuvent être vécus pendant la pause (si l’école dispose de suffisamment d’espace pour jouer librement), d’autres seront nécessairement délégués à des activités parascolaires et aux familles. Bien sûr, l’un des objectifs de cet exercice est d’amener les familles à communiquer entre elles afin qu’elles puissent participer au processus de construction du droit au jeu et du droit des enfants au temps libre.